TEMOIGNAGE

Comment j’ai rencontré les Petites Sœurs de l’Assomption

Lors de la fête des 150 ans des PSA

 Ma rencontre avec les Petites Sœurs de l’Assomption a été une grande bénédiction ainsi qu’un véritable bouleversement dans ma vie. Tout a commencé sur internet quand je cherchais un logement depuis mon pays, le Pérou, en 2008, et ma sœur m’a suggéré de chercher un logement catholique pour continuer à vivre ma foi tout étant loin de la maison. J’ai commencé à faire des recherches et puis voilà, j’ai trouvé une annonce pour vivre un projet qui s’appelait FRAT.COM. Je me suis sentie tout de suite attirée par ce projet qui réunissait 4 jeunes et des sœurs pour partager la vie en communauté, mais il fallait candidater. Après quelques traductions j’ai réussi à envoyer ma lettre de motivation et j’ai été acceptée à la maison de Vitry, que j’appellerai toujours ma maison.

 
Après une journée de travail à Mosaïques.9
 
Cela a été vraiment une expérience très enrichissante depuis car ce n’était pas juste un logement, c’était une vie partagée et je me sentais partie d’une famille, sans savoir que quelques années plus tard la famille de l’Assomption deviendrait ma vraie famille spirituelle. Revenir d’une journée à l’université ce n’était pas juste rentrer dans une chambre, c’était retrouver Sr Patricia à l’étage qui me demandait comment ma journée s’était passée, rentrer dans la cuisine et trouver une des filles aussi étudiante pour parler de nos journées, aller dans la chapelle de la maison et pouvoir prier avec les sœurs, ou juste toute seule si j’en avais besoin, partager chaque lundi un repas avec toute la communauté ou juste un repas entre étudiantes les autres jours, les messes ensembles et les activités dans la paroisse du quartier, ainsi que des moments, des rigolades toutes ensembles... Une vraie vie de famille qui a permis de tisser des liens entre des personnes qui auparavant ne se connaissaient pas mais qui étaient unies par amour au Christ. 
avec des bénévoles espagnols venus aider 
 
 
Puis petit à petit j’ai commencé à connaître plus les sœurs, leur travail, leurs missions, leurs histoires. Nous avons partagé des week-ends de retraite spirituelle, puis des temps de relecture de nos expériences d’étudiantes qui nous aidaient à avancer et à ne pas nous décourager, étant loin de chez nous. J’ai voulu en connaître plus sur cette communauté et j’ai participé à des activités en tant que bénévole avec une première découverte du bateau « Je sers » et de l’association Mosaïques ; cela m’a aidée à me rendre compte que je me retrouvais dans les valeurs des Petites Sœurs de l’Assomption. Après un an j’ai laissé la chambre à une autre étudiante, mais je suis toujours restée en contact, d’abord pour les repas du lundi et puis avec un engagement plus fort avec l’association Mosaïques.9 pour aider dans les ateliers d’enfants avec Sr Agnès, Sr Jeannette et d’autres sœurs et bénévoles. C’est pendant cette période et à travers ces enfants que j’ai redécouvert le Christ et j’ai demandé à devenir laïque associée de la communauté pour réaffirmer l’engagement de mon baptême car je me retrouvais dans leurs valeurs de réciprocité dans les relations, être attentive aux autres, un engagement avec les pauvres, un esprit de persévérance malgré les difficultés et vivre l’unité vie-foi. Je suis devenue membre intégrante de cette grande famille en 2016. Mon cheminement m’a permis de connaître nos fondateurs : le Père Pernet et Antoinette Fage et de continuer à participer de la beauté de leur projet après plus de 150 ans de fondation, et de partager avec des laïcs de tout le monde au fait de faire partie de la même famille : « Famille Charismatique de l’Assomption ». 
Diana NEVIERE
 
 
Le jour de mon engagement comme associée
 
09/05/2017
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter